La visite des Caves Byrrh

    0
    3094

    HISTOIRE 

    Implantées à Thuir depuis plus de cent ans les Caves Byrrh sont le berceau du Byrrh, élixir inventé par les frères Violet en 1866.

    L’histoire du Byrrh débute comme un conte de fées. Les créateurs de cette marque, devenue l’une des plus puissantes affaires du monde, commencèrent leurs vies comme simples colporteurs.

    Le 14 septembre 1866, Simon et Pallade Violet se constituent en société devant maître Augé, notaire à Thuir. Originaires de Corsavy, ils ont respectivement 40 et 28 ans et déjà un long passé commercial dans la plaine du Roussillon, celui de marchand ambulant allant de mas en villages. En cette fin de Second Empire, la révolution industrielle touche le département des Pyrénées Orientales. En 1858, l’arrivée du chemin de fer à Perpignan entraîne le bouleversement de l’économie locale, l’agriculture vivrière fait place à l’agriculture spécialisée et spéculative, la vigne, les primeurs. Ces nouvelles activités ont donné naissance ou développé des secteurs tels que la tonnellerie.

    Les années 1870-1880 sont des années fastes. Les frères Violet vont bénéficier au début de leur entreprise de cet élan économique. Dans la boutique tenue par Pallade « Commerce de rouennerie, draperie, toilerie, nouveautés, vins, liqueurs, placement de liquide », ils développent le négoce de vins importés d’Espagne et mettent au point une boisson à base de vin enrichie au quinquina, cette écorce tropicale qui a la réputation, en cette époque d’hygiénisme triomphant, d’être un reconstituant. Ce produit tonique est vendu par Simon, d’abord chez les pharmaciens de la région, puis chez les épiciers et dans les cafés.

    Concurrencé, l’Ordre des pharmaciens intente un procès à la société Violet Frères qui se voit interdire la vente de ce vin revitalisant. Loin de s’avouer vaincus, Simon et Pallade contre-attaquent : le 10 février 1873, ils déposent au greffe du tribunal de Commerce de Perpignan les marques «Byrrh » à base de vin de Malaga et « Ribedine » au vin du Roussillon.

    L’origine de la recette reste mystérieuse : seule certitude, il fallait une connaissance précise des épices, aromates et plantes, venus pour la plupart de pays lointains.

    Et l’appellation « Byrrh », d’où vient-elle ? Du hasard et de l’urgence sans doute de trouver un nom après le procès perdu contre les pharmaciens. Elle a peut-être été donnée par la disposition de pièces d’étoffes référencées par une lettre, dans le magasin de Thuir. La consonance « bi » (vin en catalan) a certainement plu… LES CAVES BYRRH

    A la mort de Pallade Violet, en 1884, Simon se retrouve seul à sa tête. Simon fait construire et aménager de nouveaux magasins pour rendre plus aisées, plus rapides et moins coûteuses les manipulations de vin.

    D’origine modeste, autodidacte, Simon Violet incarne la valeur suprême de la bourgeoise, classe dominante au XIXe siècle : le travail. Il a une connaissance parfaite de son entreprise, nommant tous ses employés par leur nom, connaissant chaque poste de travail. Il régente tout et ne délègue ses pouvoirs qu’à contrecoeur. Les employés bénéficient malgré tout de conditions de travail satisfaisantes pour l’époque. En 1889, ils ont droit à dix jours de congés par an. Malgré sa réussite et sa fortune, Simon demeure très ancré dans la société locale. Il habite en plein coeur de Thuir où il fait construire un hôpital.

    Lambert, un grand bourgeois de la belle époque 

    A la mort de Simon, en 1891, Lambert, son fils ainé, prend la direction de la société. Désigné légataire de la marque par le défunt, il profite d’un contexte économique encore plus favorable. Lambert accomplit les rêves de son père : la fin des travaux d’extension des chais (sur 65 000 m•), l’arrivée dans l’usine du chemin de fer. Ses réalisations sont à la pointe du progrès. La marquise de la gare est de Gustave Eiffel. L’électricité illumine les bâtiments et alimente les machines automatiques, le chauffage central est installé. La société se développe autour de la maison mère. Les achats dans les Pyrénées-Orientales sont plus nombreux, on construit des caves dans la vallée de l’Agly, on agrandit Port-Vendres.

    Le Byrrh est expédié en tonneaux à Charenton, Nantes, Marseille, Rouen, Toulouse, Pau où les filiales assurent la mise en bouteilles LES CAVES BYRRH

    La Gare Eiffel activitehallcavebyrrh

    La prospérité de l’entreprise permet à Lambert de poursuivre la politique sociale engagée par son père. A partir de 1910, les 750 employés bénéficient de nouveaux avantages sociaux : soins médicaux gratuits et retraites. Lambert s’installe à la Villa Palauda, certes près de l’usine mais entourée d’un parc, et cachée par de hauts murs. Cet élégant château de pierres, de briques et d’ardoise façon XVIIIe siècle français, semblable à ceux des industriels de la vallée de la Seine, ou du Nord, n’est pas sans rappeler les demeures de la famille Bardou-Job, Valmy et Aubiry dans le Roussillon.

    Lambert décède brutalement. C’est Marie, son épouse, qui jusqu’en 1920 dirige courageusement la grande maison.

    Après la guerre, la troisième génération des Violet, Jacques et Simone, les enfants de Lambert, prennent la relève. Jacques dirige, mais aucune décision importante n’est prise sans l’accord de sa soeur.

    Pendant les hostilités, les ventes ont fortement chuté mais très vite Byrrh retrouve sa place sur le marché. Au début des années trente, entre 32 et 35 millions de bouteilles sont vendues chaque année, un record. Byrrh détient à lui seul plus de 50 % du formidable marché des apéritifs. La guerre d’Espagne coupe la maison Violet d’une part importante de ses approvisionnements. Dès lors l’entreprise participera plus activement encore à l’économie locale, vinifiant davantage de raisins de la vallée de l’Agly et de la plaine du Roussillon. La société prospère : semaine de 40 heures et sursalaire bien avant le Front Populaire. Elle aide la ville en construisant le stade, en accordant des prêts sans intérêt à la municipalité. C’est une extraordinaire LES CAVES BYRRH

    période d’expansion. Il faut pousser les murs : on agrandit les bâtiments, multiplie les succursales, les dépôts, les sous-dépôts dans toute la France et à l’étranger. Il faut construire de nouvelles cuves, et c’est en 1934 qu’est édifiée celle qui sera à son époque la plus grande cuve en chêne du monde : elle contient 420 500 litres. Mais à la fin des années 30, la demande commence à diminuer. C’est pense-t-on une période de difficulté momentanée liée à une crise économique mondiale. Encore confiante, la société décide la construction d’une cuve d’un million de litres ; il a fallu trouver pour ce projet grandiose un bois exceptionnel provenant d’une forêt plantée sous Colbert, la forêt de Jupilles.

    La plus grande cuve en chêne du monde LES CAVES BYRRH

    La fin de l’entreprise familiale 

    Cachée pendant la guerre près de Châteauroux sous des sacs de sable, la cuve ne sera montée qu’en 1950. Après la guerre, la production reprend. L’administration de la maison est déléguée à trois directeurs – technique, ventes, comptabilité -, le service de la publicité est à Paris. La production n’atteindra jamais plus ses chiffres d’avant-guerre. Face à la montée en puissance des produits anisés et des vins doux naturels (exemptés de taxes), le vin tonique a beaucoup de mal à se maintenir. A la fin des années 50, la production est de 15 millions de bouteilles. En 1961, Jacques Violet et sa soeur cèdent la société à la Compagnie Dubonnet Cinzano qui réalise une excellente affaire. En 1976, par le jeu des rachats et de la concentration, l’entreprise rentre dans le groupe Pernod-Ricard, numéro un des spiritueux en Europe.

    Les secrets du Byrrh 

    L’apéritif dont le nom chantait au rythme des tournées, sur tous les comptoirs de tous les cafés de France, vit une sorte de retraite dorée, chez lui, à Thuir.

    « Byrrh » était jadis une tête d’affiche, une grosse vedette des comptoirs, une bête de zinc en compagnie de Dubonnet, Cinzano et autre Noilly-Prat. Des noms bizarres pour des boissons spéciales – « toniques et digestives » – qui faisaient la fortune de leurs créateurs.

    Vue aérienne de l’usine de Thuir LES CAVES BYRR IMG_0521

    LA CESSION DES CAVES BYRRH A LA COMMUNAUTE DE COMMUNES 

    Cusenier et Pernod ayant envisagé de cesser d’exploiter ce circuit de visite, le 30 Novembre 2011 le circuit de visites des Caves Byrrh intégrait officiellement le patrimoine de la Communauté de Communes des Aspres. Après 2 ans de travaux et près de 2 Millions d’Euros d’investissement, le circuit de visite ouvrait ses portes de façon définitive le 05 Juillet 2013.

    LE CIRCUIT DE VISITE 

    Grâce à ce circuit de visites, il est alors possible de plonger dans l’intimité de la famille Violet. En le parcourant vous serez surpris :

     Par ce magnifique et gigantesque patrimoine industriel

     La découverte du patrimoine culturel avec les originaux de la collection des affiches du concours de 1903 lancé par Lambert Violet, le 28 Février 1903 dans le Monde Illustré. Ce concours attire 1900 participants environs. Ces affiches sont présentées pour la première fois, célèbres dans le monde entier et véritable monument historique international. Parallèlement à cette exposition l’Office du Tourisme Intercommunal Aspres-Thuir et les Caves Byrrh ont lancé en 2013 un concours d’affiches sur la marque Byrrh à l’identique de celui de 1903. Ces affiches sont exposées et soumises au vote du public. Le choix du lauréat émanera de la synthèse du vote du public et du vote de professionnels.

     L’histoire de la famille fondatrice et de l’entreprise contée à travers des apparitions tout au long du parcours grâce à de nouvelles technologies.

    Le chevalier printemps, né de l’imagination de Georges Leonnec, grand illustrateur de la marque Byrrh dans les années 30 notamment dans le magasine l’Illustration LES CAVES BYRRH

    La salle de projection 

    Un film relatera les origines du Byrrh, la saga de la famille Violet et des établissements thuirinois. Ce film, diffusé à l’intérieur même d’une cuve en béton de 680 600 litres, vous donnera les clés d’une histoire formidable. Il a été tourné par une compagnie de théâtre de Thuir : Le Gecko. LES CAVES BYRRH

    Le grenier à outils 

    Cette salle à l’image d’un grenier du siècle passé dévoile une série d’objets liés à la production des vins aromatisés. Vous y trouverez des pompes à main, des bouchonneuses, un pressoir, une calibreuse à bouchon…

    Grenier à outils LES CAVES BYRRH

    La visite se poursuit par l’allée des peupliers sur laquelle est retracé le développement de l’entreprise jusque dans les années 30, apogée pour la marque Byrrh.

    Allée des peupliers 

    Ensuite on entre dans l’annexe Lambert Violet où se trouvent alignées, tels les piliers d’une cathédrale, 75 cuves en chêne pour une capacité de stockage de plus de 15 millions de litres : la plus grande cave du monde !

    Par un jeu d’ombre et de lumières, dans ce théâtre de la mémoire des lieux, l’émotion est intense, un moment inattendu et spectaculaire par la performance technologique des images fantomatiques projetées à même les foudres sur les murs et le fonds sombres des espaces. LES CAVES BYRRHLE GRENIER A EPICE CAVES BYRRH

    Découvrez, touchez, sentez les plantes aromatiques rentrant dans la composition du Byrrh: Café, Cacao, Cannelle, Quinquina, Ecorces d’Oranges Amères. Imaginez ces plantes arriver des quatre coins du monde par voie maritime jusqu’au port de Port Vendres !

    Un peu plus loin admirez la plus grande, la plus imposante et la plus gigantesque cuve en chêne du monde. Mise en vin en 1951 il aura fallu près de 15 années pour la construire, elle a une capacité de stockage de 1 000 200 litres.

    Une véritable prouesse technique !

    Ses dimensions sont les suivantes :

    110 tonnes vide

    1100 tonnes pleine

    12 mètres de diamètre

    10 mètres de hauteur

    15 ans de construction

    Contenance : 1 000 200 litres

    Cerclage en rondins d’acier d’un poids de 17 tonnes LES CAVES BYRRH

    Le centre de commande 

    Ce centre de commande datant de 1926 permettait de suivre à la demande toutes les étapes de la fabrication. En concentrant en un seul lieu la commande manuelle de tout un réseau de pompes, une seule personne pouvait réaliser les tâches les plus pénibles : mélange, vidange et répartition des vins dans les cuves, en un temps record. Grâce aussi aux 100 postes téléphoniques qui reliaient tous les secteurs de l’entreprise.

    Le wagon 

    Montez dans ce wagon reconstitué qui évoque cette vieille demoiselle qui a vu défiler tant de vies et de labeur : le grand hall d’expédition appelé aussi la gare Eiffel. De là partaient annuellement, aux plus belles années, plus de 30 millions de litres de Byrrh LES CAVES BYRRH

    Dégustation / kiosque KIOSQUE DEGUSTATION CAVES BYRRH

    Pour terminer la visite, une dégustation autour du magnifique kiosque de 1891 qui a fait toutes les foires universelles de Paris à Moscou LES CAVES BYRRH

     

    Renseignements : Tél : 04.68.53.45.86
    Plus d'infos : www.cavesbyrrh.fr - Email




    Département:
    Ville:

    Loisirs : ,